L’évolution des consoles Playstation

url

Sony Computer Entertainment Inc.

Salut chers lecteurs, aujourd’hui je profite de l’occasion qui se présente à moi, celle de pouvoir prendre la parole pour partager avec vous une de mes passions. C’est donc de jeux vidéo et surtout de mon attachement aux consoles estampillées Playstation dont je vais vous parler. Consoles de jeux qui m’ont permis d’avoir une première approche avec le monde vidéo ludique et de prendre du plaisir seul ou avec des amis faisant déjà partie de mon cercle d’amis ou rencontrés en ligne grâce à cette passion, preuve que le jeu vidéo permet aussi de se socialiser faisant taire les détracteurs de cette pratique réduisant le jeu vidéo à une addiction menant à l’isolement et au renfermement de soi.

C’est au travers de quatre paragraphes comparant les points clés qui permettent à une console de se démarquer de la concurrence et qui en font le succès que l’on va faire un retour sur les évolutions qu’ont connues les différents monolithes noirs (et gris pour la Playstation première du nom 🙂 ) de mister S alias Sony. Le système de loisir interactif (nom mélodieux à rallonge que la langue de Molière a réservé aux consoles de jeu) et surtout les machines de sony ont pris une place telle dans notre vie quotidienne que beaucoup de personnes associent jeux vidéo à la marque Playstation, usant même du diminutif « Play » devenu familier.

efeff3065a41beb633693edb0147cb49_large

Sony Computer Entertainment Inc.

Design: Identité visuelle forte

Les consoles Playstation ont toujours été designées de manière à parfaitement s’intégrer dans le salon sans en sacrifier la déco sur laquelle le gamer y a mis du cœur (eh oui, même si le gamer dispose de demeures virtuelles faites de pixels pour lesquelles il a passé des heures à leur personnalisation, il vit d’abord dans un monde réel et sait aussi prendre soin de son toit fait de briques elles aussi réelles) permettant ainsi de disposer fièrement sa console aux cotés de ses équipements Hi-Fi dans le salon mais aussi dans la chambre de l’ ado, du jeune adulte ou du trentenaire, contrastant ainsi avec la majorité des consoles concurrentes ayant l’habitude d’arborer des couleurs et formes plus enfantines qui font plus de charme aux plus jeunes se rapprochant plus du jouet que de l’objet se prenant au sérieux. On pense notamment aux consoles de big N avec ses N64, Gamecube et Wii. Forme de la coque, matériaux utilisés, police de la marque Playstation, tout a été étudié par Sony afin de faire de l’œil à une catégorie de joueurs dont la tranche d’âge se situe entre 8 et 35 ans et qui se veut principalement masculine.

Issues de la branche jeux vidéo de Sony, les PS (initiales utilisées pour désigner la marque Playstation) ont su hériter de tout ce qui fait le succès des produits Sony : sobriété du design et utilisation de matériaux « classes » que l’on retrouve sur la majorité des produits commercialisés par la firme nipponne (baladeurs, TV Bravia, pc portables Vaio).  Notons cependant qu’au cours du cycle de vie d’une console Playstation, Sony a pour stratégie d’élargir sa cible en modifiant le design, ce que l’on remarque sur les versions « slim » de ses consoles qui se montrent moins froides avec des formes moins carrées et qui sont déclinées dans des coloris autres que le noir, (couleur traditionnelle habillant les différents modèles à leur lancement à l’exception de la PS1).

Leur stratégie a eu l’effet escompté sur la cible visée, la preuve? J’ai moi-même succombé à chacune de leurs itérations au grand dam de mon compte en banque qui en a souffert et ce, en général moins d’un an après le lancement des 4 Playstation et de leurs versions portables.

CD DVD BLU RAY

http://www.bizdata.be

Fonctions: CD, DVD, Blu-ray, dématérialisation

C’est toujours dans une volonté de véhiculer une image de firme innovante et toujours tournée vers le futur que chaque console Playstation arrive sur le marché avec son lot d’innovations technologiques tentant à chaque fois par la même occasion d’imposer un nouveau support de stockage (à l’exception de la PS4 qui utilise le même support que sa grande soeur la PS3: le Blu-ray). C’est un argument commercial mais pas que car il permet, d’une part, aux studios de développement de donner libre cours à leur imagination en réduisant les limites liées au stockage des données sur les supports physiques en pouvant profiter d’un espace de stockage qui ne cesse de grandir au fur et à mesure des évolutions des supports utilisés et d’autre part d’attirer les cinéphiles ne voulant pas investir dans une platine dédiée uniquement à la lecture de vidéos. C’est dans un contexte où l’on se dirige vers le tout dématérialisé que la Playstation 4 a débarqué (le 29 Novembre 2013 sur le vieux continent) et ce, sans apporter de réelles évolutions aux formats physiques déjà existants et c’est une première si l’on se souvient des nouveaux formats qu’ont apporté les différentes Playstation (CD pour la PS1, DVD pour la PS2 et Blu-ray pour la PS3).

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce choix : le marché du DVD/Blu-ray est en déclin la faute au téléchargement illégal de films et séries mais aussi au développement de la VOD habituant le client à télécharger ses contenus plutôt que de se les procurer en grandes surfaces. Il ne faut pas non plus oublier les échecs cuisants qu’ont connu les lancements du Betamax, du MiniDisc et de l’UMD (format propriétaire équipant la première console portable de Sony: la PSP sortie en 2004), échecs qui ont poussé Sony à réfléchir à deux fois au lancement d’un nouveau format, ce serait donc peut être la dernière génération de consoles équipées de lecteurs optiques.. Il est important de noter que la dernière née gèrera la lecture des Blu-ray de dernière génération via une mise à jour future qui permettra de stocker jusqu’à 100 giga de données sur un disque apportant une petite révolution au Blu-ray. Notons également la tentative de Sony de se mettre au tout dématérialisé via son service Playstation Now (actuellement en phase de bêta test) et qui proposera de profiter d’un catalogue de jeux PS1, PS2 et PS3 jouables en streaming sur sa PS4 (donc sans devoir patienter de longues heures au téléchargement d’un jeu) moyennant le paiement d’un abonnement mensuel fixé à 19,99$ aux US.

Aimant avoir accès à tout un tas de fonctions sur une seule et même plateforme, j’ai apprécié le côté multimédia qu’avait apporté la PS3 avec notamment son navigateur internet intégré, sa fonction diaporama et la possibilité de lire ses vidéos dans différents formats (MP4, Divx etc…), j’ai cependant été déçu du choix de Sony d’avoir retiré cette fonctionnalité sur la PS4..

projet morpheus

www.gamelove.com/

Innovation du gameplay: Eye Toy, PS Move, Projet Morpheus

Toujours dans une volonté d’être perçue comme une entreprise innovante, Sony a eu l’idée d’apporter un vent de fraicheur dans la façon d’interagir avec sa console. Avant même que Nintendo n’eut dégainé sa Wii accompagnée de sa fameuse Wiimote ou que Microsoft nous ponde son Kinect, Sony a été le premier constructeur de console de jeu à proposer une nouvelle façon de jouer (écartant ainsi toute accusation de plagiat de la caméra Kinect de microsoft). C’est donc avec son Eye Toy sorti en 2004 sur sa Playstation 2 que Sony prit le risque de se lancer dans ce que l’on appelle le Casual Gaming (jeu occasionnel en francais). Ce terme qui définit le genre de jeux destinés aux joueurs occasionnels (appelés casual gamers) permet de différencier les jeux simples, des jeux vidéo purs dits hardcore (on parle alors d’hardcore gamers). En se lançant dans ce créneau, Sony a voulu attirer les joueurs de tous âges visant ainsi les « allergiques » à la manette parmi lesquels on peut compter la clientèle féminine ou les joueurs ne rentrant pas dans la tranche d’âge à laquelle se destine le jeu vidéo.

C’est ainsi qu’est apparue l’Eye Toy, une caméra à reconnaissance de mouvement qui permettait pour la première fois sur une console de jeu d’interagir avec sa console en effectuant des mouvements. L’essai a été concluant, c’est ainsi que plusieurs jeux conçus spécialement pour l’Eye Toy ont vu le jour entre 2003 et 2006. Ensuite, une version plus évoluée a accompagné le lancement de la PS3, cette version sobrement intitulée PS Eye (traduction: l’œil de la Playstation pour les anglophobes 🙂 ) possède des caractéristiques plus avancées que sa petite sœur avec notamment une résolution d’image améliorée et un micro capable de situer le joueur dans l’espace  grâce aux bruits émis. Faute de titres usant des fonctions qu’offre la caméra, le PS Eye a commencé a prendre la poussière et a tout doucement trouver place dans les placards des joueurs.. Ce n’est qu’en septembre 2010, à la sortie du Playstation Move qui lui a donné un second souffle, qu’on a pu lui trouver un réel intérêt. Fonctionnant à l’aide du PS Eye, le PS Move permet au joueur, de la même manière que la Wii mote, d’interagir avec sa console en réalisant des mouvements devant son téléviseur. Des jeux spécialement conçus exploitant la technologie utilisée par ces « bâtons » virent le jour.

Ce fut la réponse de Sony à la Wii mote de Nintendo. Mais Sony n’a pas eu le même succès que son concurrent qui lui, a fait de sa zappette un accessoire qui accompagnait chacune des consoles vendues, la rendant indispensable pour jouer aux titres tous développés autour de l’accessoire. Enfin, devant la tendance annoncée à la réalité virtuelle avec l’annonce en grande pompe de l’Oculus Rift (casque développé par Facebook dont on ne cesse d’entendre parler dans le monde geek), Sony développe en interne sa propre version destinée à être utilisée de paire avec les PS Move (qui pour le coup trouvent une nouvelle utilité). Ce concept encore au stade de développement portant le nom de « Project Morpheus » propose à l’aide d’un casque équipé de lunettes de s’immerger dans un monde dans lequel le joueur prend place et dans lequel il peut voir ce qui se passe autour de lui en effectuant simplement des mouvements de la tête. (voir photo au début du paragraphe) Le casque devrait débarquer l’année prochaine, le temps que la technologie soit peaufinée et que des jeux aient eu le temps d’être développés.

J’ai hâte de pouvoir tester cette technologie qui devrait apporter une nouvelle façon d’évoluer dans les univers créés par les développeurs qui depuis l’apport de la HD font un travail énorme en devant tenir compte de chaque élément de décor, ce qui garantit de nombreuses heures d’exploration. Imaginez ce que peut apporter cet accessoire à des jeux comme GTA ou Minecraft..!

PlayStation_Exclusive_montage_by_Legion_Of_3

Sony Computer Entertainment Inc.

Licences: des titres qui plaisent aux petits et grands, hardcore gamer et casual gamer

Que serait une console de jeux sans jeux? Un bel objet de décor et.. rien d’autre! La fonction première d’une console de jeux vidéo c’est de pouvoir faire tourner des jeux et pour l’alimenter en jeux, le constructeur doit investir et développer des partenariats avec des développeurs tiers, que l’on appelle studios third party ou développer des jeux qui seront exclusifs à la console via ses propres studios de développement que l’on appellera studios first party. Tout cela afin d’alimenter continuellement sa console en jeux. Car ce sont les exclusivités qui permettent à une console de se démarquer de ses concurrentes, qui guideront le joueur vers une console ou une autre et donc de mieux se vendre! Chez Nintendo on peut citer le fameux plombier moustachu: Super Mario, du côté de chez Microsoft c’est Master Chief, héro de la licence Halo qui est associé à la marque Xbox. Chez Sony on en dénombre tout un tas qui ont su donner les lettres de noblesse aux différentes consoles Playstation.

On se souvient tous de Tekken, WipeOut, Ridge racer, Crash Bandicoot, Gran turismo sur lesquels on a passé de nombreuses heures à l’époque de la PS1 mais aussi des Killzone, God of war, Jack & Daxter, Ratchet & Clank qu’on a découvert sur la PS2 et d’Uncharted, de Little big planet, de The last of us ou encore d’Heavy rain qui sont apparus pour la première fois sur la PS3. Ce sont les licences qui permettent de façonner l’image d’une console, c’est ainsi que l’on associe les consoles Nintendo aux jeunes joueurs, les Xbox aux hardcore gamers et les Playstation à une cible large. En effet, en proposant des titres sociaux tels que Buzz ou Singstar, des simulations de sport telles que Fifa et PES licences qui ne sont plus exclusives aux Playstation mais qui ont longtemps été associées aux consoles Sony, et des titres orientés plus hardcore comme Killzone ou God of War par exemple, le géant japonais a réussi à contenter tous les types de joueurs et c’est ce qui fait la force de la marque.

Ce sont à la fois des titres hardcore gamer tels que les opus de la série Metal Gear, mais aussi des titres grand public comme Crash Bandicoot que propose Sony sur ses consoles qui m’ont attiré et poussé à faire l’acquisition des PS1, PS2, PSP, PS3, PSvita et PS4. Sony a vu juste en ayant créé des licences diverses et variées et c’est ce qui fait la force de la Playstation!

 

Sony a su profiter de son expérience et de son savoir faire en matière de technologie pour proposer des consoles universelles dans lesquelles chacun peut se retrouver. Aidé par une image de marque associant sérieux et qualité qu’elle a su aiguiser au fil des années grâce à sa présence dans différentes branches (cinéma, téléphonie, lecteurs audio, musique etc…) et à sa volonté de sans cesse innover, la firme a su trouver la recette qui lui a valu la confiance et le respect qu’ont les joueurs de tout âge envers la marque et a su conserver sa communauté de joueurs malgré les nouveaux acteurs qui ont tenté de lui croquer des parts de marché dans un secteur qui a connu des bouleversements et qui n’a pas fini d’en connaitre avec notamment le passage au tout dématérialisé qui se fait lentement mais sûrement…